Antibiotiques Naturels

Publié le : 29/08/2016 10:34:35
Catégories : Argent colloidal / antibiotique naturel , Argent colloidal et activité antimicrobienne

Un antibiotique (du grec anti : « contre », et bios : « la vie ») est une substance naturelle ou synthétique qui détruit ou bloque la croissance des bactéries. Dans le premier cas, on parle d'antibiotique bactéricide et dans le second cas d'antibiotique bactériostatique. Un antibiotique peut être à la fois bactériostatique et bactéricide, tout dépendant de sa dose.

Intéressons nous à ce qu'est une bactérie.

Les bactéries

Une bactérie est un micro-organisme, dont la cellule unique ne comporte pas de noyau. On parle ainsi de cellule procaryote. leur taille varie de 1 à 5 microns. Les bactéries sont très abondantes et jouent un rôle essentiel dans le recyclage de la matière organique. Certaines sont bénéfiques à l'homme, à l'image des 100 000 milliards qui peuplent notre colon. Elles vivent alors en symbiose en transformant la matière minérale et organique. D'autres bactéries sont parasites et nocives chez l'homme, les animaux et les plantes. Elles prennent alors le nom de microbe.

Les bactéries négatives à l'homme peuvent être regroupées par famille.

Type de bactéries Types d'infections
Entérobactéries Pneumonies, infections urinaires
Haemophilus Pneumonies infantiles, sinusites, otites
Pseudomonas Pneumonies, infections urinaires
Campylobacter Gastro-entérites, diarhhées
Neisseiria Bleinnorragies, méningites
Staphylocoque Pneumonies, maladie nosocomiales
Entérocoque Méningites, endocardites, infections néonatales
Streptocoque Pneumonies, méningites, otites
Mycobacterium Tuberculoses

Les antibiotiques dérivent de molécules naturelles

Fleming découvre les antibiotiques

Nous connaissons tous la découverte réalisée en 1928 par Alexander Fleming. Ce biologiste britannique découvrit presque “par hasard” la pénicilline en laissant dans son laboratoire une boîte de pétri contenant des staphylocoques. A son retour de vacances et contre toute attente, les staphylocoques ne s’étaient pas multipliés, bien au contraire. Une souche de champignons que cultivait son voisin de paillasse avait contaminé sa boite de pétri et empêché toute prolifération. Il tenta alors d’isoler et de purifier la molécule responsable. La pénicilline était née.

Ce qu’on sait moins, c’est que les antibiotiques étaient utilisées depuis des siècles sans le savoir. Des moisissures prélevées sur le pain ou sur les harnais des chevaux étaient souvent utilisées pour prévenir l’infection des plaies. Or, ces moisissures contenaient des molécules à activité antibiotique, c'est-à-dire capables de détruire certaines bactéries.

Les organismes vivants doivent être capables de se défendre contre les nuisibles ou les organismes susceptibles de coloniser leur milieu. Certains champignons disposent ainsi de toxines pour éliminer les bactéries qui seraient tentées de proliférer dans leur milieu. Ce sont précisément ces toxines qu’on appelle des antibiotiques.

Ces toxines peuvent être spécifiques à certaines bactéries (ce sont les antibiotiques à spectre étroit) ou capables d’en terrasser de nombreux types (ce sont les antibiotiques à large spectre).

Leurs modes d’actions peuvent être différents: inhibition de la synthèse de la paroi des bactéries, action sur la membrane plasmique des cellules bactériennes. Mais tous les antibiotiques ne sont pas utilisables chez l’homme. Seuls une centaine parmi des milliers découverts peuvent avoir une utilité médicale. Les autres sont trop toxiques ou trop instables.

Compte tenu de la complexité de ces molécules, la plupart des antibiotiques utilisés sont des molécules dérivées de produits naturels, dont on a modifié légèrement la structure pour améliorer leurs propriétés thérapeutiques ou pour contourner les problèmes de résistance.

Constitution d'une bactérie

Les bactéries sont constituées d'un cytoplasme (cytosol, partie interne composée d'eau et de protéines). La membrane plasmique entoure le cytoplasme et contrôle les échanges de celui-ci avec l'extérieur.

La paroi bactérienne entoure la membrane plasmique. Elle est rigide et c'est elle qui donne sa forme à la bactérie. Son rôle est de protéger celle-ci des agressions extérieures. L'intégrité de cette paroi est donc fondamentale pour la survie du micro-organisme.

L'argent colloïdal assure la destruction de cette paroi et par voie de conséquence de la bactérie. Nous verrons cela plus tard.

Mais revenons à la paroi bactérienne. celle-ci peut être de 2 ordres: Gram (+) ou Gram (-).

Le pouvoir pathogène d'une bactérie

Le pouvoir pathogène des bactéries provient:

- de l'envahissement par ces cellules qui une fois fixées, se multiplient, formant colonie sur l'organe infecté. Cette colonisation forme un film protecteur, repoussant les agents antibactériens.

- de la production de toxines (exotoxines) à l'image du staphylocoque doré, de certains streptocoques, le bacille du tétanos, du botulisme, du choléra.

- de leur propre structure notamment dans le cas des bactéries Gram (-) qui possède au sein de leur paroi, une endotoxine pouvant provoquer des troubles sanguins ou cardiaques, une état de choc, des diarrhées ou des hémorragies intestinales.

Pour en savoir plus sur les bactéries, reportez-vos au blog suivant: "les bactéries"

Mode d'action de l'argent colloïdal

Sous sa forme métallique (élémentaire), l'argent est non réactif et ne peut pas tuer les bactéries. Pour devenir bactéricide, des atomes d'argent (désignés par Ag ou AG0) doivent perdre un électron et devenir des ions argent chargés positivement (Ag +).

L'argent élémentaire se ionise à l'air (utilisation des couverts en argent ou timbale), mais l'ionisation se fait plus facilement lorsque l'argent métal est exposé à un environnement aqueux.

En revanche, les composés d'argent contiennent des ions d'argent positifs liés aux ions chargés négativement des molécules. Lorsqu'ils sont exposés à des environnements aqueux, certains des ces ions d'argent se détachent du composé.

Les ions d'argent sont très réactifs et affectent de multiples sites au sein des cellules bactériennes, ce qui provoque finalement la mort cellulaire bactérienne.

Ils se lient aux membranes cellulaires des bactéries, ce qui provoque la rupture de la paroi cellulaire et la destruction de la cellule par là-même.

Les ions d'argent transportés dans la cellule perturbent la fonction des cellules en se liant à des protéines et interfèrent la production d'énergie, la fonction enzymatique et celle de réplication cellulaire. *(3)

D'autres alternatives naturelles aux antibiotiques existent

La nature nous apporte un ensemble d'aliments qui permettent de lutter contre les infections.

L’ail est ainsi un antibactérien naturel puissant (et antifongique naturel) qui, contrairement aux antibiotiques chimiques, cible uniquement les bactéries et micro-organismes pathogènes.
L’oignon peut également positivement agir notamment en duo avec son cousin germain, l'ail.

Références:

(1) Antibacterial efficacy of colloidal silver, Brentano L, Margraf H, Monafo WW, Moyer CA, Surg Forum 1966;17:76-8

(2) Appropriate use of silver dressings in wounds, Wounds international, 2012

(3) Lansdown ABG. Silver I: its antibacterial properties and mechanism of action. J Wound Care ,2002; 11(4): 125-30.



Argent_colloidal_Utilisations Lien vers la page d'accueil Lien vers la page Argent colloïdal - problèmes de peau

Partager ce contenu

Vous devez être enregistré

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire