L'argent colloïdal et les brûlures

De nombreuses études cliniques mettent en évidence les bienfaits de l'argent colloïdal en cas de brûlure. Plusieurs raisons se conjuguent: prévention du risque de complications infectieuses, résorption de l'inflammation, régénération de l'épithélium dermique.

Petit état des lieux

Argent_colloidal_brulures

Pendant une majeure partie de notre Histoire, les brûlures graves occupant un large pourcentage de la surface corporelle étaient synonyme de condamnation à mort due à une infection subséquente.

Un certain nombre de facteurs tels que la perturbation de la barrière cutanée, la disponibilité immédiate de nutriments bactériens dans le milieu de combustion, la destruction de l'apport vasculaire à la peau brûlée et les perturbations systémiques entraînent une immunosuppression combinée pour rendre les brûlures particulièrement sensibles à l'infection.

Au 20e siècle, l'introduction d'antibiotiques et de médicaments antifongiques, l'utilisation d'antimicrobiens topiques appliqués aux brûlures et l'adoption généralisée de l'excision précoce et de la greffe ont tous contribué à augmenter considérablement la survie.

Cependant, l'augmentation incessante de la résistance microbienne aux antibiotiques et autres antimicrobiens a conduit à une recherche renouvelée d'approches alternatives pour prévenir et combattre les brûlures. C'est dans ce contexte que l'argent colloïdal apparait comme une solution majeure.

Comment L'argent colloïdal agit il sur les brûlures?

L'action bénéfique de l'argent colloïdal tient essentiellement à son rôle d'anti-microbien qui contribue à une meilleure cicatrisation.

Les microbes sont présents dans toutes les plaies chroniques et peuvent rapidement contaminer les plaies aiguës ouvertes à l'environnement. La contamination peut être utile à la cicatrisation des plaies, à travers la promotion de processus inflammatoires bénéfiques et une augmentation de la circulation sanguine. Mais l'infection incontrôlée est préjudiciable à la cicatrisation.

L'argent est attiré par les protéoglycanes des parois cellulaires microbiennes. Comme les cellules des mamifères en sont dépourvues, elles ne sont généralement pas affectées par l'argent. Ce point est important car tout produit de gestion des plaies doit épargner de nouveaux épithéliums et d'autres composants cellulaires de la cicatrisation.

L'argent a montré sa capacité à dénaturer les protéines microbiennes, altérant ainsi leur capacité à ingérer et traiter les substances alimentaires, réduisant leur métabolisme et leur croissance. L'argent a également la capacité d'affecter l'ADN microbien. Il est donc un choix précieux comme antiseptique topique.

Fait important, très peu de résistance a été détectée à ce jour, bien que des cas isolés aient été signalés. De manière très encourageante, la résistance croisée aux antibiotiques et à l'argent est extrêmement rare.

En 2007 dans la revue "Brulure" (1), les docteurs D Wassermann et A. Thomas mettent en avant l'utilité de l'argent colloïdal. Ils affirment ainsi:

"Les propriétés antiseptiques de l'argent sont connues et exploitées depuis l'antiquité. la Médecine moderne a utilisé très largement l'argent sous forme de nitrate d'argent puis de sulfadiazine argentique, dans la prévention et la traitement des infections survenant sur les brûlures. Au cours de ces dernières années, de nombreux dispositifs à base d'argent sont proposés sous forme de crèmes ou de compresses imprégnées pour traiter les plaies aigües ou chroniques. De nombreux arguments militent pour une large utilisation de ces pansements à l'argent. L'infection secondaire des plaies aigües et des brûlures en particulier est fréquente et responsable d'approfondissement des lésions et d'aggravation des cicatrices.

Dans les plaies chroniques la surinfection peut entraîner des retards de cicatrisation. L'ion argent, agissant sur de multiples cibles, est puissamment antibactérien à très faible concentration ce qui explique la largeur de son spectre d'action. Par ailleurs même si des résistances acquises à l'argetn ont été décrites, leur nombre apparaît restreint et le risque de les voir se développer est particulièrement faible, même en cas d'utilisation extensive. Enfin les effets secondaires de l'application locale d'argent sur les plaies apparaissent, à;la lumière de l'expérience acquise depuis plus de 30 ans dans le traitement des brûlures, rares et essentiellement bénins".

Résultats d'expériences

Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de grands essais contrôlés randomisés de référence sur les produits à base d'argent chez les humains.

Il y a cependant eu un grand nombre de cas individuels et de séries de cas, de petits essais de comparaison et un grand essai naturaliste non randomisé.

CAS 1: ulcères veineux

Ce dernier essai, appelé CONTOP, prévoit d'étudier 1 000 patients traités soit avec un pansement en mousse d'argent, soit avec des soins standards. Il était initialement prévu qu'un modèle de randomisation par blocs serait utilisé, mais les rapports de conférence indiquent maintenant qu'une conception naturaliste a été utilisée.
Les résultats pour les 352 premiers patients ont été présentés à Paris en juillet 2004. Les ulcères de jambe veineux étaient présents dans 43-48%, mixte veineux / artériel dans 20-24%, ulcères de pression dans 10% et ulcères de pied diabétique dans 5-9% . Le type de pansement primaire consistait en une mousse ou un alginate à 45%, un hydrocolloïde ou un film à 15%, une gaze à 4%, un antimicrobien à 30% (mousse d'argent dans 48%) et une gamme d'autres pansements dans les 6% restants.

On a constaté une réduction de 50% de la taille de la plaie en semaine 4 chez ceux traités avec la mousse d'argent, comparativement à une réduction de 30% dans les groupes standard (combinés), p = 0,002 pour la différence. Le type de pansement a été changé significativement plus fréquemment dans le groupe de soins standard (p = 0,0001 pour cette différence).

Il y avait également significativement moins d'odeur et de douleur dans le groupe d'argent.

Cette étude doit être interprétée en tenant compte du manque de randomisation ou d'aveuglement de l'évaluateur et qu'elle n'a pas encore fait l'objet d'un examen par les pairs.


Une petite série non contrôlée de 25 patients traités avec une mousse contenant de l'argent pour les ulcères veineux exsudatifs chroniques a montré une réduction moyenne de 56% de la surface de l'ulcère sur 4 semaines. Dans cette étude financée par le fabricant d'un produit à base d'argent, les ulcères n'ont pas été sélectionnés pour une colonisation critique.

CAS 2: PANSEMENT A BASE D'ARGENT

En 2005, dans un article intitulé "les pansements au nonargent sont une barrière efficace anti-MRSA: une nouvelle solution à un problème croissant", Robert Strohal, chef du département de dermatologie de l'hôpital de Feldkirch en Autriche, a testé pluisuers types de pansements à base d'argent colloïdal. Il conclue en faveur des pansements au nanoargent qui libère lentement des ions d'argent dans la plaie.(2) 

Argent colloïdal et brûlures

Comment utiliser l'argent colloïdal avec les brûlures?

Pour être efficace, l'argent doit être livré aux tissus sous forme ionique et en concentration suffisante. Alternativement, les microbes absorbés dans le pansement doivent rencontrer de l'argent dans une concentration suffisante. Les faibles concentrations d'argent dans la plaie sont rapidement épongées par le fluide tissulaire et les protéines. Les concentrations nécessaires exigent souvent l'application de grandes quantités d'argent fréquemment.

Plus l'environnement de la plaie est complexe et plus les concentrations d'argent requises pour inhiber la croissance microbienne seront importantes.

Il convient ainsi de changer quotidiennement le pansement imprégné d'argent colloïdal 15ppm. La durée du processus va dépendre de la complexité de la plaie. L'observation de son évolution permettra de juger de la durée optimale mais il convient de considérer une durée minimale de 3 jours pour les petites brûlures.

Argent_colloidal_cystite.jpg


Reférences:

Silver colloidal nanoparticles: antifungal effect against adhered cells and biofilms of Candida albicans and Candida glabrata
D. R. Monteiro , L. F. Gorup , S. Silva , M. Negri , E. R. de Camargo , R. Oliveira , show all
Pages 711-719 | Received 23 Mar 2011, Accepted 14 Jun 2011, Published online: 15 Jul 2011

Silver dressings in wound healing: what is the evidence?
Associate Professor Michael Woodward
(1) D Wassermann et A. Thomas, Brûlures 2007, vol 7; n01, pp8-12
(2)The journal of Hospital infection 2005, vol 60, n°3, pp.226-230



Argent_colloidal_Utilisations Lien vers la page d'accueil Lien vers la page Argent colloïdal - problèmes de peau

2.5.0.0